Kosovo land arrow Histoire arrow Repères
Repères historiques et chronologie récente Convertir en PDF Version imprimable Mail
mercredi, 05 mars 2008
Vers 800. Le Kosovo-Métochie devient le centre du 1er Etat serbe médiéval.

1019. Prizren, ville du sud de la Métochie, devient capitale de l'Empire serbe médiéval.

1233. La ville de Pec, en Métochie, est choisie pour devenir le siège du premier archevêché serbe.

1346. L'archevêché se transforme en patriarcat autonome et Pec devient ainsi le siège de l'Eglise orthodoxe serbe.

1389. Bataille du Champ-des-Merles

1690. Grande migration des Serbes du Kosovo et de Métochie vers le nord de l'Empire austro-hongrois. Victimes des exactions commises par l'occupant turc et leurs alliés albanais, de nombreux Serbes fuient le Kosovo lors d'une grande migration conduite par le Patriarche Arsenije III à qui l'Empereur d'Autriche a promis l'hospitalité. En échange, les Serbes devront garder les frontières de l'Autriche.

1913. Le Kosovo est intégré à la Serbie à la suite des guerres balkaniques.

1918. Le Kosovo fait partie du nouvel Etat yougoslave, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes.

1941.

6 avril - l'armée allemande envahit le pays qui est démembré. Un Etat serbe et un Etat croate sont constitués. Début de la résistance.

Unification d'une grande Albanie sous domination italienne et fasciste, dans laquelle est intégrée le Kosovo jusqu'en 1945.

En 1941, après la capitulation de la Yougoslavie au cours de la deuxième guerre mondiale, presque tout le Kosovo faisait partie de la "Grande Albanie" proclamée par Mussolini puis reprise par les nazis. Le renversement des rapports de force a conduit à des actes de vengeance des Albanais envers les Serbes, principalement envers des colons, qui ont été domiciliés, dans les années 20, au Kosovo, afin d'y augmenter la part de la population serbe. Environ 20000 Serbes se sont enfuis, beaucoup ont été tués.

1944. Libération de Belgrade.

31 janvier 1946. Naissance de la République populaire fédérative, qui comprend six Républiques et deux régions autonomes - le Kosovo et la Voïvodine - de la république de Serbie.


1965. Décentralisation du système yougoslave : les partis communistes des provinces et des républiques ont plus de poids dans les instances fédérales.

1968. Violentes manifestations au Kosovo. Les populations Albanaises du Kosovo revendiquent le statut de nation au lieu de celui de minorité nationale et pour le Kosovo celui de septième République de la Fédération yougoslave.

1974. Nouvelle constitution yougoslave qui renforce les droits des Républiques et des régions autonomes. Le Kosovo dispose du statut de province autonome à l'intérieur de la République serbe, avec des institutions culturelles et politiques propres : une assemblée, un gouvernement, une université.

1981. Lors de violentes émeutes à Pristina, des étudiants albanais du Kosovo réclamèrent le statut de République pour le Kosovo. Selon le recensement de 1981, à cette époque, 77% des 1,6 million d'habitants du Kosovo étaient des Albanais, 13% des Serbes et 10% d'autres groupes ethniques. De nombreux Serbes quittèrent le Kosovo dans les années 80, justifiant que les Albanais les discriminaient et les brimaient. Sans compter que la croissance démographique rapide des Albanais du Kosovo dans les années 80 conduisit à des polémiques constantes sur le fait de vouloir ainsi modifier consciemment les rapports de majorité et de puissance.

1988. Manifestation des Albanais du Kosovo au cours de l'été sur le thème " Le Kosovo nous appartient ".

1989. 23 mars - Une réforme de la Constitution serbe limite le statut d’autonomie du Kosovo et de la Voïvodine.

1990

26 Juin -  L'Assemblée de Serbie suspend le gouvernement et le Parlement du Kosovo.

2 juillet 1990 - Les députés albanais du Kosovo proclament leur sécession - ils sont révoqués le 5 juillet par l'Assemblée serbe.  

26 septembre - Référendum clandestin entérinant la proclamation d'une " République du Kosovo " reconnue par l'Albanie

1998. Février-mars - Apparition de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) et début des affrontements avec les Serbes, qui feront près de deux mille victimes parmi les Kosovars albanais et en pousseront deux cent cinquante mille à l’exode.

1996. Février - L'Armée de libération du Kosovo (ALK, en albanais UCK) se manifeste pour la première fois en revendiquant une série d'attaques à la bombe.

1997.

Janvier - Le recteur serbe de l'université de Pristina est sérieusement blessé lors d'une attaque à la voiture piégée, revendiquée par l'U.C.K.

Septembre - Des manifestations d'étudiants albanophones

1998.

Février - mars - Affrontements au Kosovo, dans la région de la Drenica. 

22 mars - Les Albanais du Kosovo votent massivement pour réélire leur " président ", Monsieur Ibrahim Rugova ainsi qu'un Parlement non reconnu par Belgrade où la ligue démocratique du Kosovo (lDK) est majoritaire.

7 avril - Le Parlement serbe rejette le projet de référendum sur une participation étrangère à la résolution de la crise au Kosovo.

Avril - août - Affrontements ininterrompus, au Kosovo, entre indépendantistes albanais et troupes yougoslaves, malgré différentes tentatives de négociations et des manoeuvres aériennes de l'OTAN.

15 mai - Rencontre entre le président yougoslave, M. Milosevic, et le chef des Albanais du Kosovo, M. Rugova, sous l'égide du médiateur américain Richard Holbrooke.

1er septembre - M. Milosevic se dit prêt à octroyer au Kosovo un certain degré d'autonomie.

23 septembre - Le Conseil de sécurité exige un cessez-le-feu au Kosovo, le retrait des forces yougoslaves et l'ouverture de négociation directes.

13 octobre - Accord, à Belgrade, entre M. Milosevic et M. Holbrooke sur le retrait des forces yougoslaves, l'arrêt des combats et le déploiement de 2 000 " vérificateurs " non armés de l'OSCE au Kosovo.

16 octobre, l'UCK rejette cet accord.

26 octobre - Retrait de 10 000 policiers yougoslaves du Kosovo. Le lendemain, l'OTAN suspend sa menace de raids aériens.

Décembre - Reprise des affrontements entre l'UCK et les forces serbes.

1999.

6 février - Le Groupe de contact réunit à Rambouillet les représentants des autorités de Belgrade et des principales formations albanaises, y compris ceux de l'UCK. Cette dernière refuse de se satisfaire de l'autonomie proposée pour la province, et les Serbes écartent le déploiement de soldats de l'OTAN dans la province.

23 Mars- 9 juin - Guerre aérienne de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie.

9 juin - Accord militaire entre l'OTAN et l'état-major des forces yougoslaves : les Serbes ont onze jours pour quitter le Kosovo.

10 juin - Avec sa résolution 1244, le Conseil de sécurité de l'ONU décide de " procéder sans tarder au déploiement rapide de présences internationales civile et de sécurité efficaces au Kosovo ". La mission des Nations unies, la MINUK, devra établir " une administration intérimaire dans le cadre de laquelle la population du Kosovo pourra jouir d'une autonomie substantielle au sein de la République fédérale de Yougoslavie ". La résolution ne fait pas allusion au référendum promis dans le texte de Rambouillet.

21 juin - M. Ashim Thaci, premier ministre du " gouvernement provisoire " (autoproclamé), et le général britannique Mike Jackson, chef de la KFOR, signent un accord de démilitarisation de l'Armée de libération du Kosovo (UCK).

Juin - Retrait des troupes serbes du Kosovo. Echec de l'OTAN, deux cent cinquante mille Serbes et Roms fuient le Kosovo. Placement de la région sous administration provisoire des Nations unies (Minuk) et déploiement de la Kosovo force (Kfor) de l’Otan.

21 septembre - Les 10 000 à 20 000 hommes de l'UCK sont censés rendre leurs armes, 5 000 d'entre eux devant intégrer un Corps de protection du Kosovo (TMK). Craignant que ce dernier ne devienne la future armée du Kosovo, les chefs de la communauté serbe annoncent le lendemain leur démission du Conseil transitoire multiethnique qui conseille M. Kouchner.

6 décembre - Le HCR et l'OSCE dressent le bilan des violations des droits de l'homme au Kosovo avant, pendant et après la campagne aérienne de l'OTAN.

2000. 28 octobre - Scrutin municipal au Kosovo, salué comme représentant " les premières élections libres au Kosovo ". La simple tenue d'élection constitue un succès inespéré pour la Mission des nations unies au Kosovo (MINUK).

2001.

16 février : L’Armée de libération nationale de Macédoine (UCKM) - créée en janvier 2000 - sort de la clandestinité et commencent à occuper des villages albanophones aux frontières de la Macédoine, du Kosovo et de la Serbie.
Attentat contre un autobus des Nations Unies transportant des serbes fait 7 morts et 43 blessés près de Podujevo.

26 février : Accrochages entre nationalistes albanophones et forces de l’ordre de Macédoine à la frontière avec le Kosovo. Ces affrontements menacent le fragile équilibre interethnique de la Macédoine où vivent environ 30% d’Albanais, regroupés principalement dans la capitale Skopje et dans le nord-ouest du pays, frontalier du Kosovo et de l’Albanie.

2002.

23 janvier : L’allemand Michael Steiner est nommé à la tête de la MINUK

4 mars : réélection d’Ibrahim Rugova.

22 novembre : Rrustem Mustafa, alias comandant Remi et trois autres membres de l’UCK sont inculpés de crimes de guerre par la justice du Kosovo.

2003.

12 avril : L’attentat du pont de Loziste fait deux morts. Il est revendiqué par l’AKSH (mouvement de guérilla apparu en 2002-2003). Des membres du TMK (corps de protection du Kosovo, regroupant des anciens terroristes de l’UCK).

8 juillet : Départ de Michael Steiner de la tête de la MINUK, remplacé par Harri Holkeri.

24 juillet : un attentat contre un poste de la MINUK-P fait un mort et six blessés parmi la population civile.

13 août : des enfants serbes se baignant dans une rivière à Gorazdevac sont mitraillés : 2 morts et 4 blessés.

2004.

4 février : Proclamation de l’Union de Serbie et Monténégro, qui succède à la République Fédérale de Yougoslavie.

17-18-19 mars : pogroms anti-serbes au Kosovo : 28 morts, 600 blessés, 3 200 réfugiés, 30 églises ou monastères incendiés Harri Holkeri démissionne, et Soren Jessen-Peterson prend la direction de la MINUK.

23 octobre : les serbes boycottent les éléctions législatives.

3 décembre : Ramush Haradinaj est nommé Premier Ministre.

2005.

7 mars : Ramush Haradinaj est inculpé par le Tribunal Pénal International.

22 novembre : Maarti Ahtisaari débute les négociations sur le statut du Kosovo.

2006.

21 janvier : mort d’Ibrahim Rugova.

11 mars : mort de Slobodan Milosevic.

Juillet : des attentats visent l’Onu et l’OSCE.

Octobre : attentat contre le représentant du Centre de Coordination pour le Kosovo-Métochie à Dragas.

Novembre : Manifestation violente de l’organisation Vetevendosje (autodétermination) contre l’ONU à Pristina.

26 mars : Martti Atgisaari recommande l’indépendance sous supervision internationale. La Serbie et la Russie se
prononcent contre.

Avril : attentat contre le monastère Visoki decani.

27-29 avril : une Délégation de l’ONU se rend au Kosovo pour se rendre compte de la situation
 
2007.

 

Février - Propositions de l’envoyé spécial de l’ONU, M. Martti Ahtisaari, sur le statut du Kosovo. Ahtisaari présente son plan aux deux parties par lequel le Kosovo obtiendrait une quasi-indépendance sous supervision internationale

17 novembre - victoire du Parti démocratique du Kosovo (PDK, opposition) aux législatives; l'ancien chef politique de l'UCK Hashim Thaci devient Premier ministre

28 novembre - les négociations entre Serbes et Albanophones s'achèvent dans l'impasse

10 décembre - le gouvernement kosovar affirme que la province accédera à l'indépendance "bien avant le mois de mai"; Moscou met en garde contre "une réaction en chaîne dans les Balkans et dans d'autres régions du monde"

2008.

14 février - Belgrade adopte une résolution qualifiant par avance de "nulle et non avenue" toute proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo, qu'elle ne reconnaîtra "ni maintenant, ni dans un an, ni dans dix ans. Jamais". La Serbie assure toutefois qu'elle ne recourra pas à la force

Le Kosovo restera Serbe





Reddit!Del.icio.us!Facebook!Slashdot!Netscape!Technorati!StumbleUpon!Newsvine!Furl!Yahoo!Ma.gnolia!Free social bookmarking plugins and extensions for Joomla! websites!
 

Le Kosovo c'est la Serbie

Carte de la Serbie

Translation


Signez la pétition

Signez la pétition contre l'indépendance du Kosovo



Espace membre

Statistiques

Visiteurs: 1590115

Netvibes infos kosovojesrbija

INFO KOSOVO