Vous voulez connaitre la réponse. Posez-vous la question suivante : Pourquoi le Kosovo doit-il reste un territoire Serbe ? Et vous aurez la réponse rapidement.  
JSN ImageShow - Joomla 1.5 extension (component, module) by JoomlaShine.com

Dernières infos

Moscou dénonce le silence entourant les profanations antiserbes
MOSCOU, 29 janvier - RIA Novosti
Moscou est déçu par l'absence de réaction de l'Occident face aux actes de vandalisme contre les cimetières et les églises serbes au Kosovo, a déclaré le ministre russe des Affaires Sergueï Lavrov lors d'une rencontre avec son homologue macédonien Nikola Poposki.

Lire la suite...


Un ex responsable kosovar acquitté par le TPIY : une indigne justice sélective
LE PLUS. C'est une décision qui pourrait compromettre la réconciliation entre la Serbie et le Kosovo. Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a de nouveau acquitté l'ancien premier ministre kosovar Ramush Haradinaj, estimant que les témoins de l'accusation n'étaient pas assez fiables. Un jugement inacceptable pour le philosophe Daniel Salvatore Schiffer.

Lire la suite...


Les propos racistes d’Albright à Prague font un tollé : « Sales Serbes ! Dehors ! »
En visite dans la capitale tchèque en Octobre dernier pour dédicacer son livre "un hiver à Prague", l'ex-secrétaire d'Etat américaine aux affaires étrangères a crée un tollé en traitant des militants tchèques pro-serbes de « Sales Serbes » alors que ceux-ci l'avaient pris à partie en voulant lui parler de son rôle dans l'intervention de l'OTAN en Serbie en 1999.

Lire la suite...


Plutôt renoncer à l'UE que de reconnaître le Kosovo

Polémique - La Serbie pourrait renoncer à rejoindre l'Union européenne si Bruxelles venait à lui demander officiellement de reconnaître le Kosovo.

Le statut du Kosovo constitue une pierre d'achoppement dans les relations entre Belgrade et Bruxelles.


Lire la suite...


Jeremic: La Serbie ne reconnaît ni les institutions du Kosovo, ni leurs élections
Le ministre des Affaires étrangères de Serbie, Vuk Jeremic a déclaré que la Serbie ne reconnaissait aucun acte adopté par les institutions de la soi-disant République du Kosovo, mais que les citoyens serbes qui décident de participer aux élections locales, qui ont lieu aujourd’hui dans la Province, ne subiron aucune conséquence.

Lire la suite...


Ministère : Arrêter en urgence l’enregistrement de l’entrée au Kosovo-Metohia
Le Ministère pour le Kosovo-Metohia a demandé aux officiels d’EULEX et de la MINUK d’entreprendre des mesures urgentes afin d’arrêter l’enregistrement des entrées au Kosovo-Metohia, mise en œuvre arbitrairement par la police de la Province à certains passages administratifs.

Lire la suite...


LE SECRETAIRE D’ETAT AU MINISTERE POUR LE KOSOVO-METOHIJA, ZVONIMIR STEVIC
Le gouvernement de Serbie a appelé les Serbes du Kosovo à ne pas participer aux élections locales le 15 novembre. Le secrétaire d’Etat au ministère pour le Kosovo-Metohija, Zvonimir Stevic, a déclaré pour Radio Serbie Internationale que cette fois-ci le gouvernement de Serbie et les officiels d’Etat avaient déclaré en temps utile que n’étaient pas réunies les conditions pour les élections locales convoquées par le gouvernement provisoire de la République du Kosovo autoproclamée. L’entretien a été mené par Mirjana Nikolic.

Lire la suite...


Bogdanovic: Le gouvernement soutiendra les médias serbes au Kosovo-Metohija
Le ministre serbe pour le Kosovo-Metohija, Goran Bogdanovic, a souligné que le gouvernement de Serbie soutiendrait fort la formation du réseau des médias en la langue serbe dans la Province. En soulignant que le gouvernement ne permettra pas certainement que les Serbes du Kosovo restent sans médias en la langue maternelle, Bogdanovic a annoncé qu’à la formation du réseau médiatique seraient affectés des fonds financiers importants.

Lire la suite...


Baska et Lajcak: La Serbie peut compter sur le soutien de la Slovaquie
Le ministre slovaque de la Défense, Jaroslav Baska, a déclaré lors de l’entretien avec son homologue serbe, Dragan Sutanovac, que son pays soutenait l’intégration de la Serbie à l’UE. La Slovaquie soutient la politique de la porte ouverte qui sous-entend d’ouvrir à la Serbie la porte à l’adhésion à l’UE et à l’éventuelle adhésion à l’OTAN, a déclaré Baska à Bratislava. Sutanovac a souligné que la Slovaquie soutenait de manière conséquente les positions de la Serbie concernant le Kosovo-Metohija et la défense du droit international.

Lire la suite...


Assemblée générale AG/SHC/3964 des Nations Unis
TROISIÈME COMMISSION: LE HAUT-COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS PLAIDE POUR LA PROTECTION DU PERSONNEL HUMANITAIRE
....
M. FEDOR STARCEVIC (Serbie) a noté que le retour était souvent entravé par l’insécurité et par les difficultés dans le pays d’origine.  La Serbie aide, depuis deux décennies les réfugiés des pays voisins.  La baisse de leur nombre de 80% est essentiellement due à l’octroi de la nationalité serbe et à l’intégration locale.  En 2008 le HCR a lancé une initiative sur la situation des réfugiés prolongée qui indiquait que la Serbie était l’un des cinq pays dans le monde et le seul en Europe touché par ce type de situation.  Malgré la présence internationale au Kosovo, le retour des déplacés vers le Kosovo a été très lent.

Lire la suite...


Dernières videos

KLA OathHushed up Kosovo war crimes 1/2Hushed up Kosovo war crimes 2/21999 2009  La guerre humanitaire n'existe pasMonastère Devic 27.03.2004
Rap song about Battle of Kosovo! Beogradski SindikatKOSOVOLe Kosovo Volé. Doc tchèque. 2008Russian film about Kosovo 7/7Russian film about Kosovo 6/7
Russian film about Kosovo 5/7Russian film about Kosovo 4/7Russian film about Kosovo 3/7Russian film about Kosovo 2/7Russian film about Kosovo 1/7
Kosovo - The Monstrocities of the Albanian Muslim TerroristsStolen Kosovo (Uloupene Kosovo) Part 7Stolen Kosovo ENG pt.6Stolen Kosovo ENG pt.5Stolen Kosovo ENG pt.4
Kosovo land
Kosovo : qui sont les génocidaires ? Convertir en PDF Version imprimable Mail
lundi, 20 décembre 2010
Les média menteurs, inféodés aux Américains ont développé en 1999 une véritable campagne hystérique anti-serbe, utilisant les ficelles habituelles d’un anathème manichéen contraire à la vérité
historique : traitant les Serbes de nazis et de tortionnaires quand leur résistance héroïque bloqua naguère les soldats d’élite du troisième reich, dégarnissant le front de Russie...

Et faisant des Albanais Kosovars des résistants et des victimes, alors qu’ils constituèrent majoritairement les troupes des divisions Handshar et Skanderbeg , ces nazis musulmans placés sous l’autorité du grand mufti Amine Al Husseini.

Et aujourd’hui le Kosovo, colonie de l’OTAN à l’indépendance de pure forme, massacre les derniers Serbes qui y résident, brûle des églises et monastères qui mériteraient, en tant qu’oeuvres d’art, de figurer au patrimoine mondial de l’humanité, et est incapable de contrôler les puissantes mafias qui portent le trouble bien au delà de ses frontières...
Dans l’indifférence générale d’une communauté internationale qui préfère regarder ailleurs plutôt que de reconnaître qu’elle a été bernée en 1999 avec des reportages bidonnés, des documents falsifiés et des faux témoignages, propres à susciter la compassion et l’indignation des moutons de Panurge.

L'histoire d'abord

Des années 1230 à 1918, pendant près de 7 siècles, les Turcs envahirent et occupèrent les Balkans.
Une occupation presque aussi longue que celle de la péninsule ibérique par les Arabes, avec des avancées et des retraites des deux côtés.
Ainsi pour le Kosovo, de la prise de Pristina, berceau de la monarchie et de la nation serbe en 1389, reconquise et reperdue plusieurs fois jusqu'en 1454, jusqu'en 1918 où les Ottomans alliés des Allemands furent enfin renvoyés chez eux.

Mais il n'y eut pas plus de "miracle balkanique" que d'"exception andalouse" !
Le point commun de ces deux occupations ? La reécriture par nos intellectuels de pacotille d'une histoire idyllique dans une société pluriethnique et multiculturelle de leur rêves...
Quand les Turcs eux mêmes se vantaient naguère de leurs exactions (les écrits restent !) à la fois au détriment des orthodoxes dont ils brûlaient les villes et monastères, pillaient les récoltes, s'appropriaient les femmes... Mais aussi au préjudice des convertis de force, pas assez pieux à leur goût, dont on ravivait la foi à coups d'émasculations et d'enrôlements forcés.
Eunuques et janissaires ont bien existé, même s'il est politiquement incorrect aujourd'hui de les évoquer. La repentance est toujours à sens unique !

Des historiens conformistes essaient, aujourd'hui, de nous expliquer que si la population Serbe (et serve !) du Kosovo n'a cessé de décroître au fil des siècles, au profit des Turcs et de leurs alliés qui s'y installaient en masse, c'est parce que les autochtones s'en allaient... De leur plein gré ? Ils préfèrent détourner le regard et parler d'autre chose !

Une reconquête sans cesse différée

Persécutés, les Serbes allèrent peupler la Krajina, la Slavonie, et la Voïvodine.
Mais jamais ils ne renoncèrent à leur patrie confisquée. Les Balkans gagnèrent, pendant la période de la Renaissance, la réputation de région turbulente en perpétuels conflits. Car, dès qu'ils en avaient la possibilité, les Serbes lançaient des escarmouches et des attaques contre les Turcs.
Sans grand succès, mais cela ne les décourageait pas. Et les Turcs continuèrent d'occuper toute la Serbie pendant 5 siècles. Avec de sanglantes représailles après chaque nouvelle rébellion.

La défaite de justesse des troupes ottomanes de Kara Mustafa sous les murs de Vienne en 1683, et le reflux turc qui s'ensuivit, redonna de l'espoir aux Serbes.
Mais il leur fallut attendre 1804 et 1815, deux soulèvements enfin victorieux contre les Turcs pour que soit créé une principauté de Serbie, définitivement indépendante de la Sublime Porte en 1830, et reconnue par le Concert des Nations en 1878.
La principauté devint royaume de Serbie en 1882.
Mais le Kosovo restait occupé par Albanais interposés.

Une nouvelle tentative de reconquête de la province perdue, lors de la guerre russo-turque de 1877-1878 se solda encore par un échec, et déclencha de nouvelles persécutions contre les Serbes du Kosovo. Avec un nouvel exode qui dura jusqu'en 1912. Néanmoins, au début du XX ème siècle, les Serbes représentaient encore 60% de la population, en dépit des brimades incitant ces dhimmis à partir de chez eux, dans le meilleur des cas... Et malgré les massacres génocidaires dans le pire.

Il faudra attendre 1918, et l'effondrement de l'empire ottoman allié de l'Allemagne, pour que le Kosovo soit, en partie, rattaché à la Serbie. L'autre partie étant annexée par l'Albanie. La haine anti-serbe des Albanais Kosovars est alors exacerbée, du jour où ils perdent leur statut de minorité dominante.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Kosovo fut rattaché a l'Albanie fasciste.
Des dizaines de milliers de Serbes furent tués au combat, ou victimes de représailes, et plus de 100.000 chassés du Kosovo où désormais les Albanais pro-nazis commencent à devenir majoritaires.
On voit de quel côté s'est située la fameuse "épuration ethnique" dont on nous a tant rebattu les oreilles.

Le double jeu de Tito

Parce qu'il partage des intérêts économiques avec les Albanais, dont le dictateur Enver Hodja est un des rares staliniens qui acceptent d'avoir des relations normalisées avec lui, Tito fera tout pour empêcher les Serbes spoliés de retourner au Kosovo pour y récupérer leurs biens.
Pire, il favorisera l'installation de soi-disant réfugiés politiques albanais au Kosovo, imaginant dans ses délires mégalomanes d'inclure l'Albanie à la Yougoslavie !

Au lieu de l'unification espérée, Tito cèdera au chantage des Kosovars, de plus en plus
agressifs, en leur accordant l'autonomie au sein de la Serbie, dans un Kosovo où désormais les musulmans sont majoritaires. Et continuent à mener une politique de terreur afin qu'il n'y reste plus un seul Serbe. Non seulement les maisons et les églises des Serbes sont détruites, les unes après les autres, mais aussi leurs cimetières !
Si ce n'est pas la continuation de l'épuration ethnique commencée au temps des sultans..

Jusqu'en 1988, 20.000 Serbes, femmes, enfants, vieillards, prêtres, seront assassinés par les islamo-mafieux tandis que plus de 200.000 seront chassés manu militari par les "gentils Kosovars persécutés", comme les média menteurs nous les présenteront 10 ans plus tard.

La riposte de Milosevic

En 1989, Slobodan Milosevic, "le gorbatchev yougoslave" pas encore diabolisé par les média occidentaux, est élu président de la Yogoslavie. Il se considére en état de légitime défense contre les exactions des groupes terroristes (l'UCK futur allié des USA est alors pourchassé en Amérique !) et il promet aux Serbes du Kosovo :
"Ils ne vous frapperont plus jamais !"
Tenir cette promesse lui coûtera cher. Une invasion dix ans plus tard et un procès spectacle devant un soi disant tribunal pénal international créé par les Américains, lesquels refusent d'en reconnaître la légitimité pour leurs soldats perdus...

La détermination de Milosevic à supprimer le statut spécial du Kosovo pour en faire une province soumise au droit commun, déclenche une campagne d'attentats sans précédent
non seulement au Kosovo mais aussi en Serbie même. Assassinats ciblés de personnalités ou aveugles, avec des bombes dans les lieux publics.

Les terroristes sont issus des milices albanaises, en particulier celles de l'UCK dont l'objectif avoué est "un Kosovo sans Serbes".
Même le "modéré" Ibrahim Rugova (pour qui les chancelleries occidentales ont les yeux de Chimène) reconnait que "ce serait mieux !"

Les démocraties du côté des islamo-mafieux

Entre 1996 et 1998, l'UCK se lance dans une guerre sans merci contre les policiers et les fonctionnaires serbes, et contre tout ce qui représente l'autorité de l'"occupant".
Un inversion très orwellienne du langage, les habitants légitimes pas encore chassés de chez eux, étant considérés par leurs colonisateurs comme des envahisseurs !
Des familles entières de Serbes sont enlevées et disparaissent.
Plus tard, la KFOR détournera pudiquement le regard face à ces charniers incompatibles avec la propagande.

Début 1999, des heurts sanglants opposent les milices de l'UCK utilisant des armes lourdes, à l'armée régulière serbe. Avec la bienveillante complicité des média européens, les Albanais présentent leurs morts lors de ces batailles rangées, comme des victimes civiles massacrées. Une tactique de victimisation qui a fait ses preuves ailleurs, en particulier auprès des intellectuels délirants, qui ont remplacé les prolétaires en voie de disparition par les musulmans, nouveaux damnés de la terre.
Lesquels ont droit à toute leur sollicitude. Puisqu'ils sont, par définition, des persécutés.

On connait la suite... En mars 1998, attaque et invasion par l'OTAN d'un pays ami de la France, et qui s'est illustré naguère dans la lutte contre les nazis...
Frappes aériennes sur les villes serbes, sans cibles militaires définies, avec pour seul objectif de punir les populations d'avoir mal voté et d'être, dans leur immense majorité, contre une partition à la hache de leur patrie.

Et tandis que l'OTAN et la KFOR installent leurs "kommandanturs", et pendant que notre bon docteur Kouchner joue les "gauleiters" au nom de "l'état mondial", les terroristes de l'UCK assistés de miliciens albanais, massacrent les familles de Serbes qui n'ont pas fui, exterminent des villages entiers, et font brûler églises et monastères orthodoxes, avant de faire passer les bulldozers sur les ruines fumantes.

Criminels de guerre à sens unique

Ces exactions sont perpétérées, au vu et au su des forces d'occupation, qui ont reçu ordre de fermer les yeux. Mais de nombreux officiers, écoeurés, démissionneront ou argueront de maladies psychosomatiques pour se faire relever.
Et tandis que les "gentils Kosovars" assassinent et détruisent à tour de bras, et perpétuent ces pratiques jusqu'à aujourd'hui, l'inénarrable tribunal pénal de l'état mondial traque et condamne les derniers responsables Serbes, coupables de crimes de guerre ou contre l'humanité...
Mais oublie de poursuivre les amis et alliés de circonstance qui ont commis des crimes au moins aussi graves et nombreux !

Le cas du général Agim Seku est révélateur : ancien chef d'état major de l'UCK, ancien premier ministre du Kosovo, il est accusé d'avoir fait assassiner près de 700 civils Serbes rien qu'en 1999.
Arrêté à Ljublijana en Slovénie en octobre 2003 puis arrêté de nouveau à Budapest en 2004, et arrêté encore en mai 2008 en Colombie (où il faisait du tourisme ?) et enfin gardé à vue en juin 2009 à Budapest, et toujours très vite remis en liberté... Malgré un mandat d'arrêt international justifié par un lourd dossier pénal auprès du "tribunal mondial" !

Comme par hasard d'ailleurs, contre les très rares Kosovars impliqués, le manque de preuves est la règle et les condamnations rarissimes ou symboliques.

Et puis, le Kosovo à la différence de la Serbie, ne livre pas ses tortionnaires. Mais parfois les condamne lorsqu'ils ont assassiné d'autres Albanais. Ainsi en 2003, Mustapha Rustem : 17 ans de prison, Nazif Mehmeti : 13 ans et Latif Gashi : 10 ans pour avoir tué des "frères" lors de conflits de pouvoir entre factions de l'UCK.
Une sévérité qui tranche avec l'indulgence envers les tueurs de Serbes.

Le bilan actuel

Fin 2010, il apparait que les opinions publiques occidentales et les gouvernements
européens dont celui de la France ont été manipulés avant de s'enferrer, dans un déni autiste des nuisances kosovares malgré l'accumulation de preuves.

Et malgré la courageuse implication de Carla Del Ponte dans la révélation des trafics d'organes menés par les islamo-mafieux de l'UCK (pour qui ce n'était qu'une activité économique parmi d'autres, telles que trafics d'armes, de drogues et réseaux de prostitution) la communauté internationale vassale de l'OTAN et la plupart des média inféodés s'incrustent dans leur cécité coupable.
Tandis que les petits maîtres à penser s'enferrent dans leurs manichéisme selon lequel Serbes = nazis et Kosovars = résistants.

On commence à réaliser à présent que la plupart des Kosovars "massacrés" l'ont été soit lors d'opérations militaires menées par la police ou l'armée régulière serbe contre des bandes de criminels lourdement armés ou de terroristes organisés en guerrilla...
Soit lors de réglements de comptes entre mafias albanaises, ou de conflits sanglants entre l'UCK et ses rivaux... Et je ne parle pas des frappes ratées de l'OTAN sur leurs si sympathiques alliés. Certes il est avéré que des opérations ponctuelles de représailles ont été menées par des milices serbes, et rien ne peut excuser cela, mais leurs meneurs ont été arrêtés et condamnés.

Quant aux causes réelles d'un conflit préparé par une exceptionnelle manipulation des opinions publiques, la principale pourrait être le prochain oléoduc Bourgas-Durrës, reliant la mer Noire à l'Adriatique. Un pipeline stratégique dans la rivalité qui oppose l'Europe et les USA à la Russie et à l'Iran pour contrôler l'acheminement du pétrole et du gaz entre l'Europe et l'Asie centrale.
Ce n'est pas par hasard que le camp Bondsteel a été imposé au Kosovo soi disant indépendant, pour contrôler le transit de l'énergie. D'ailleurs, divers documents dérobés prouvent que cette guerre a été planifiée avant les "massacres" montés en épingle, supposés avoir justifié l'intervention de l'"état mondial", au nom de la morale...

Enfin, parmi les dommages politiques collatéraux, outre ces centaines de millions d'euros offerts au Kosovo pour sa reconstruction, au détriment de l'économie européenne, et détournés par les hiérarques mafieux...
Le Kosovar a déjà commencé à servir de base arrière pour la déstabilisation du Monte Negro, de la Macédoine, et de la Grèce où l'existence de minorités albanaises islamisées sert de prétexte à soutenir et armer des groupuscules factieux. Nos dirigeants peuvent être fiers d'avoir joué les apprentis sorciers !

 

Source : AgoraVox

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/kosovo-qui-sont-les-genocidaires-86105





Reddit!Del.icio.us!Facebook!Slashdot!Netscape!Technorati!StumbleUpon!Newsvine!Furl!Yahoo!Ma.gnolia!Free social bookmarking plugins and extensions for Joomla! websites!
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved.

 
Suivant >

Epuration éthnique

Epuration éthnique du peuple Serbe

Komnen Becirovic: la vérité sur le Kossovo fait son chemin

Dailymotion
Komnen Becirovic, écrivain serbo- français, parle de la marche irrésistible de la vérité sur le Kossovo

Nettoyage Ethnique des non-Albanais au Kosovo

Pogrom de mars 2004 sur des Serbes du Kosovo
Mauvais ou bon reportage, c'est bel et bien un nettoyage ethnique des Non-Albanais au Kosovo.

Analyse d'Alexandre Del Valle

Sur France3 Alexandre Del Valle géopoliticien démontre que les Serbes du Kosovo sont les réèlles victimes de cette épuration éthnique menée par les albanais au Kosovo.
Voir les autres analyses

Les médias pendant la guerre du Kosovo

Conférence de Serge Halimi
Journaliste au Monde Diplomatique et écrivain- organisée. Conférence enregistrée par l'association Oroit eta Sala.
Voir les autres analyses

Enjeux stratégiques

Jean-Michel Vernochet
Ecrivain et journaliste, politologue et spécialiste des relations internationales.
Voir les autres analyses
Camp Bonsteel - Secret Base Ammerica
Route du pétrole

Patriotisme et solidarité

Réseaux de soutien
Les médias parlent des sites, des blogs, des forums qui se multiplient sur le web pour soutenir les Serbes vivant dans la province Serbe du Kosovo.

Le Kosovo c'est la Serbie

Carte de la Serbie

Translation


Signez la pétition

Signez la pétition contre l'indépendance du Kosovo



Espace membre

Statistiques

Visiteurs: 1516639

Netvibes infos kosovojesrbija

INFO KOSOVO

TV Solidarité Kosovo

America

www.kosovojesrbija.org
Balkan Peace

Flux RSS